«Alpstobede» (les fêtes d'alpage)

Le milieu de l’estivage est marqué par la fête des alpages (Alpstobede) qui a lieu sur les plus grands alpages communs de la région, à l’invitation des armaillis. Un groupe de musiciens appenzellois accompagne des groupes folkloriques ainsi que le public qui dansent sur le podium en bois en formant des cercles. La figure exécutée par les hommes (Mölirad) fait toujours fureur et personne ne saurait manquer la danse sous forme de pantomime (Hierig), effectuée par un couple de danseurs en costume folklorique. La montagne résonne de yodels et de chants mêlant humour et malice (Ratzliedli).

La fête se déroule par mauvais temps dans les auberges de montagne où elle se poursuit après la tombée de la nuit. Les armaillis des environs y participent en costume folklorique. Les agriculteurs de la vallée se rendent également à ces fêtes des alpages qui accueillent aujourd’hui tout un monde divers et varié.

«Stobede» était à l’origine une réunion, une rencontre à la maison. L’expression «Zo Stobede goh» est aujourd’hui encore synonyme d’inviter quelqu’un chez soi et de discuter ensemble. Le concept a été transmis aux joyeux rassemblements de bergers, d’où «Alp-stobede», fête appelée aussi autrefois fête des pâturages (Weidstobede). Ces fêtes sont liées aux visites dans les alpages qu’effectuaient tous les ans la famille des bergers et les propriétaires des troupeaux. La partie sportive – lancer de pierres, lutte (Hoselopf), saut (Hööggle) – n’existe plus aujourd’hui. En 2006, une nouvelle version du «concours des alpages» a été lancée à l’auberge Mesmer. En 2012, l’auberge Bollenwees a organisé pour la première fois un lancer de pierres (Bollewöffe) à l’occasion de ces fêtes des alpages.

En des temps reculés, danser n’était autorisé officiellement dans les Rhodes-Intérieures que quatre jours de l’année. Il n’est donc pas étonnant que «l’Alpstobede» était une fête des plus appréciées et attendues jusqu’au début du 20e siècle: c’est là que l’on pouvait s’amuser loin des yeux et du contrôle de l’Église et de l’État. Le canton d’Appenzell Rhodes-Extérieures a interdit définitivement les fêtes des alpages et pâturages en 1726.

Lieu

Sur différents alpages et dans différentes auberges de montagne.

Temps

Au milieu de l’estivage (entre juin et août).

«Stobede» dans l’Alpstein