Pèlerinage à Stoss

Bien avant l’aube, la grosse cloche de l’église paroissiale Saint Maurice retentit dans le village pour appeler les croyants. Dans tout le canton, ou presque, ces bruits d’épouvante (Schreckläute) résonnent dès quatre heures et demie du matin le deuxième ou le troisième dimanche de mai pour rappeler le voeu des habitants d’Appenzell. Après avoir remporté la Bataille de Stoss en juin 1405, ils jurèrent en effet de faire un pèlerinage tous les ans sur le champ de bataille pour remercier Dieu de la conquête de la liberté et commémorer leurs morts. Ce pèlerinage doit avoir lieu à la Saint Boniface (le 14 mai), donc encore avant la moisson. Il s’agit de l’une des plus anciennes et typiques traditions du pays d’Appenzell.

Lieu

Appenzell

 

Temps

dimanche le 8 mai 2016, à 6 heures du matin

 
 

La procession se met en marche à six heures du matin devant l’église paroissiale de Saint Maurice pour parcourir les neuf kilomètres séparant Appenzell de Stoss. D’après la promesse faite à l’époque, un homme honorable de chaque maison doit prendre part à la procession. Les membres de la Commission de déontologie et ceux du tribunal cantonal ainsi que les directeurs du district des Rhodes-Intérieures ont pour devoir de participer à ce pèlerinage. La procession est précédée de la police et des porte-étendards, viennent ensuite les enfants de choeur et les prêtres, puis les membres du gouvernement. Les étudiants et la population, comprenantégalement des femmes et de filles depuis 1991, ferment la marche.

À mi-chemin, au niveau de la place du rassemblement historique, l’officier d’état civil entreprend la lecture de la lettre patente. Cet écrit rappelle les événements légendaires de la bataille dans le cadre des guerres de libération d’Appenzell. Puis sont énumérés les noms des habitants tombés pendant cette bataille, entre autres le héros local Ueli Rotach. Cinq Notre Père sont récités à leur intention.

 

À l’époque où le pays d’Appenzell se libérait des prévôts étrangers et du diktat de l’abbé de Saint-Gall, le canton n’était pas encore divisé. Le fractionnement du canton en deux, d’un côté catholique et de l’autre réformé, ne s’est effectué qu’en 1597 grâce à l’intervention habile de six autres cantons. Aucune goutte de sang n’a été versée à cette occasion.

L’itinéraire suivi aujourd’hui par la procession serpente en grande partie les terres des Rhodes-Extérieures. Le nombre de pèlerins égrenant des rosaires le long du parcours – qui suit la route ou traverse les champs en fonction du temps – peut aller jusqu’à 300 à 500 personnes. Une fois arrivés à la chapelle du champ de bataille, les prêtres célèbrent un office religieux solennel en plein air, accompagné par les musiciens de la Musikgesellschaft Harmonie Appenzell. Après une courte pause, les pèlerins, auxquels sont venues se joindre d’autres personnes, se remettent en marche direction Appenzell.