La musique d’Appenzell

Au cours du bal des pâtres («Sennenball»), le jour des instruments à cordes (Striichmusigtag») ou lors d’une fête musicale en plein air («Alpstobede»), l’amateur de musique a l’occasion de découvrir le son inimitable des ensembles à cordes et de faire à cette occasion connaissance avec la célèbre tradition musicale des Appenzellois. Tout bon ensemble d’instruments à cordes est à même de jouer, outre ses propres compositions, quelques morceaux célèbres des temps passés. Ces formations ne se produisent souvent pas uniquement dans le cadre de bals, mais également en concert.   

Le second pilier - tout aussi important - de la musique d’Appenzell est le chant. À côté des tyroliennes et des chants moqueurs et taquins («Ratzliedli»), on cultive également le chant sans paroles dans des chorales: le «Rugguusseli» dans le canton des Rhodes-Intérieures, le «Zäuerli» dans le canton des Rhodes-Extérieures. Les traditionnels «Chlausezäuerli», qui sont entonnés à Appenzell Rhodes-Extérieures chaque nuit de la Saint-Sylvestre par des «Chlauseschuppeln», en sont une variation importante. 

 

(Kopie 4)

On mentionnera également toutes les dimensions annexes de la musique d’Appenzell, depuis le cor des Alpes jusqu’aux sonneries de cloches d’alpage («Schölleschötte») et au son d’accompagnement du jodel obtenu en faisant pivoter une pièce de monnaie dans une jatte en faïence («Talerschwingen»), sans oublier l’invocation. On s’adonne également à la danse populaire au sein de groupes d’enfants et d’adultes. Depuis peu, la pratique de la cithare connaît un regain de popularité dans le canton de Rhodes-Intérieures.