De la passion à la vocation

Un loisir pratiqué autrefois dans une étable est devenu aujourd’hui une entreprise prospère. Daniel Räss a 41 ans, il fabrique, répare, entretient différents vélos et dirige son propre magasin à Steinegg. Il connaît par cœur chaque vis et chaque ressort. Et même dans ses loisirs, tout tourne autour du deux-roues bien aimé.

 

Suite à un accident de travail au niveau du dos, Daniel Räss est obligé d’abandonner son métier de monteur en installations climatiques. L’accident a de trop lourdes conséquences pour son dos. «Je ne pouvais pas accepter d’être limité professionnellement à cause de mon dos» souligne Daniel Räss. Au cours d’une sortie VTT avec son collègue, Daniel Räss parle de son rêve d’avoir son propre magasin de vélos. «Mon collègue m’a encouragé à suivre mon rêve» raconte-t-il. La pierre de l’indépendance est alors posée: en janvier 1999, il crée Danis Velolade, une boutique qui va bouleverser tout le milieu VTT dans le pays d’Appenzell.

Tout a commencé à l’âge de quinze ans. Daniel passe des vacances dans le Valais avec sa famille et découvre la passion du VTT. Un vélo tout terrain lui sourit dans une vitrine et c’est pour lui une évidence: il veut avoir un vélo de ce type. «La boutique disposait de tout juste trois modèles et je me suis acheté l’un des trois» se souvient Räss. «Malheureusement, je n’avais pas d’argent pour me rendre dans un magasin de vélos en cas de réparations.» Et c’est ainsi que notre homme a commencé à démonter et à remonter lui-même son vélo quand il avait un problème. Il emmagasine peu à peu les connaissances dans ce métier et se met à réparer les VTT de ses amis. Puis vient l’accident. Son loisir se transforme en profession.

 

«Je consacre tout mon temps libre au vélo»

Sa boutique est remplie aujourd’hui de VTT. Au début, il assemblait lui-même les deux-roues: «Avec Danis Bike, j’ai créé ma propre marque dans l’objectif de monter sur des VTT standard la super technologie de ressort que l’on ne trouve normalement que sur les grandes marques des VTT haut de gamme, le tout à des prix plus avantageux que dans le commerce spécialisé», nous dit Daniel. Pendant la saison, du matin au soir, il bricole, teste et jongle avec les vis. «Avec le temps, c’est devenu de trop et je suis donc passé à des vélos de marque normaux». Encore aujourd’hui, notre homme d’affaires suit un principe: «Nous recommandons et vendons uniquement ce dont nous sommes persuadés et que nous avons testé nous-mêmes. Nos clients doivent profiter de ces services.»

 

«Autrefois, j’étais entièrement contre un moteur sur un vélo», nous avoue Daniel et il raconte l’événement qui a tout changé. Il voyait tous les jours une cliente pousser son vélo sur les derniers mètres car la pente était trop raide. Il lui commande et prête donc un vélo électrique. Le lendemain, la cliente rayonnait d’une oreille à l’autre et voulait immédiatement changer de vélo.
La demande en vélos électriques et en VVT électriques a énormément augmenté ces dernières années et Daniel continue à élargir sa gamme. «Aujourd’hui, je suis même heureux de me déplacer en vélo électrique, mais je préfère toujours la version sans moteur.»

Räss passe la plupart de son temps libre sur son deux-roues. En plus de son magasin, il a mis sur pied dès le début un groupe de VTTistes, hommes et femmes confondus. Deux ans plus tard, le club Rad & Mountainbikeclub Appenzell (RMC) voit le jour et il cède cette activité à l’association. Mais aujourd’hui encore, il continue à encourager et à soutenir lui-même les coureurs cyclistes. Actuellement, près de 20 sportifs roulent dans l’équipe «Danis Bergamont/RMC Appenzell Team», connue du milieu cycliste. Il prend en charge les plus jeunes de la troupe et se mesure toujours volontiers aux plus âgés. Du magasin au VTT, du VTT au magasin – tous les jours, Daniel Räss vit à fond sa passion du vélo.